• Karine Galbrand ND IBCLC

Alimentation de la mère qui allaite : questions et réponses

Mis à jour : avr. 10


Plusieurs informations circulent sur l’alimentation de la mère lors de l’allaitement. Elles ne sont pas toujours fondées et malheureusement peuvent ajouter une pression indue sur la mère qui veut ce qu’il y a de mieux pour son enfant. Nous allons donc répondre à quelques questions fréquemment posées.


Mon lait est-il aussi nourrissant pour mon bébé si je me nourris mal?


La réponse est sans hésiter oui. Que serait l’autre option à offrir au bébé? La préparation commerciale est loin d’être égale au lait maternel même en termes de qualité nutritionnelle. La formule contient une quarantaine d’éléments dont plusieurs sont synthétiques comparativement à plus de 200 éléments pour le lait maternel, tous naturels et bénéfiques. Nous n’avons pas à ce jour découvert tous les composantes du lait de femme. L’industrie ne peut donc pas égaler la recette originale!

Une alimentation déficiente chez la mère peut avoir un impact très limité sur la qualité de son lait. Votre alimentation n’a pas à être parfaite et même si vous ne mangiez que de la ¨malbouffe ¨votre lait serait encore meilleur que la préparation commerciale. Les bébés des pays du tiers monde allaités sont en meilleure santé que ceux nourrit à la préparation commerciale pour nourrissons. Le taux de morbidité est beaucoup plus élevé chez les bébés non allaités. Il est faux de penser que nous offrons le meilleur des deux mondes en supplémentant le bébé avec la formule. Au contraire, on altère sa flore intestinale, on augmente ses risques d’allergie tout en diminuant le volume de lait bénéfique au profit de la formule synthétique. Ce qui par ailleurs altère la production de la mère et peut entrainer des problèmes d’allaitement. Le lait maternel est plus qu’un liquide avec des nutriments, vitamines et minéraux. Il est vivant. Il est constitué d’enzymes, d’hormones, de cellules immunitaires et même de bactéries bénéfiques. Si vous avez la chance de l’observer au microscope, vous le constaterez!


Comment mon alimentation influence-t-elle ma santé durant l’allaitement?


Lors de la lactation, le corps optimise l’absorption des nutriments. Il est 6 fois plus efficace à les utiliser et les métaboliser qu’avant la grossesse. La nature est bien faite! Il faut toutefois comprendre que le petit de l’espèce est toujours privilégié, et ce même au détriment de la mère. Une alimentation déficiente aura pour effet de puiser dans les réserves de la mère pour fabriquer le lait du bébé. Lait dont la composition est toujours optimale pour assurer la croissance et la santé du bébé. Ainsi la maman qui s’alimente mal pourrait développer des carences à long terme. La fatigue et le manque d’énergie sont souvent les premiers signes. Quelques changements alimentaires pourraient s’avérer utiles. Manger plusieurs portions de fruits et légumes dans la journée. Se nourrir d’aliments frais et choisir de bonnes sources d'acide gras, de glucides complexes, de protéines à chaque repas est la base d’une bonne nutrition. Adopter une alimentation saine est bénéfique au final pour la dyade. Une maman a besoin d’énergie pour bien répondre aux besoins de son enfant. Pour vous guider dans l’atteinte d’une bonne alimentation et obtenir des conseils personnalisés et adaptés à votre situation et pour retrouver un niveau d’énergie optimal, consultez votre naturopathe.


Dois-je manger 2 fois plus lorsque j’allaite?


Allaiter requiert environ 400 calories par jour. Une femme consomme en moyenne 2000 calories par jour. Une ingestion de moins de 1500 calories pourrait avoir un impact négatif sur la production lactifère. L’approche calorique en alimentation est réductrice. En naturopathie nous privilégions surtout la qualité des aliments et la quantité vient naturellement. La femme qui allaite doit manger à sa faim en respectant ses signaux de satiété. Une alimentation saine permet d’être plus sensible à ces signaux. Si la faim se fait sentir plus souvent, mangez quelques collations santé entre des repas équilibrés. Lors de l’allaitement, il est déconseillé d’entreprendre des régimes d’amaigrissement.


Est-ce que la quantité d’eau que je bois influence ma production de lait?


Naturellement la femme allaitante consomme plus d’eau. Elle doit toutefois être à l’écoute de sa sensation de soif. Cette sensation survient quelques minutes après avoir mis le bébé au sein. Elle est provoquée par l’action de l’ocytocine. Hormone qui a plusieurs rôles dont celui d’éjecter le lait hors du sein. Certaines croyances populaires véhiculent des faussetés, par exemple, que l’on doit boire du lait pour produire du lait. Je répondrais à cela par une question : la vache boit-elle du lait pour en produire? La réponse est évidemment non.


Que dois-je manger pour fournir plus de lait?


Normalement, on ne devrait pas se soucier de la quantité de lait que l’on produit. La production se régule naturellement avec les besoins du bébé. Il existe certaines situations ou l’on désire augmenter sa production. On peut alors favoriser des aliments qui ont des propriétés galactogènes. On doit d’abord comprendre que c’est avant tout la stimulation des seins par une succion efficace qui augmentera la production. Pour des problèmes de gain pondéral du nourrisson ou de production de lait, une consultation avec une IBCLC est fortement recommandée. Voici quelques aliments qui peuvent favoriser la lactation : les légumineuses, l’avoine, les amandes, la bourrache, les herbes aromatiques comme la coriandre, le fenouil, le fenugrec, le carvi et l'aneth. La levure de bière est aussi réputée d'augmenter la lactation.


Dois-je éviter certains aliments durant l’allaitement ?


Il ne devrait avoir aucune restriction alimentaire pour une maman qui allaite. Donc oui vous pouvez manger des sushis et autres aliments proscrits durant la grossesse. Il faut toutefois faire attention à la consommation de poissons prédateurs comme le thon, l’espadon, le marlin, l’hoplostète orange, l’escolier et le requin pour leur niveau élevé de mercure. Le bébé s’habitue à la diète de la mère à l’intérieur même de l’utérus de sa mère. Le lait maternel est le prolongement du placenta. Il sera aromatisé selon ce que la femme mange. Une étude à même révélée que les bébés dont les mères avaient mangé de l’ail tétaient 50% plus longtemps (Mennella, 1995). On en conclut qu’ils aimaient probablement son gout! Les bébés de mères qui ont une diète variée incluant des aliments très aromatisés durant l’allaitement ont plus de faciliter à accepter une plus grande variété d’aliments lors de la diversification alimentaire (Sullivane et Birch, 1994). Dans certains cas (reflux, coliques, allergies), une diète d’éviction peut soulager le bébé. Certaines herbes comme la menthe, le persil et la sauge peuvent diminuer la production de lait.



Karine Galbrand, IBCLC, ND

Consultation sur rendez-vous

www.karinegalbrand.com

karinegalbrand@gmail.com

  • Facebook

© 2020 Tous droits réservés Karine Galbrand, Naturopathie familiale et périnatalité.