• Karine Galbrand ND IBCLC

Le point sur les cures détox

Mis à jour : mars 21

Comprendre le rôle du foie, cure de vitalité ou détox, plantes et aliments -clefs



Notre environnement moderne n’est plus naturel. Nous vivons, pour la plupart, en milieu urbain où la pollution sévit. Que cela soit dans l’air, dans l’eau ou dans nos aliments, les produits toxiques sont omniprésents. Ils sont même dans nos cosmétiques, nos produits nettoyants, nos meubles et matériaux de notre maison. Des polluants s’accumulent dans nos tissus adipeux en remontant la chaine alimentaire et en se transmettant à notre progéniture. Des analyses ont démontré que plus de 200 produits chimiques différents étaient présents dans le cordon ombilical du fœtus. Les phtalates, les pesticides, les hydrocarbures polycycliques s’insinuent dans notre organisme et nuisent à notre santé. On estime que plus de 700 nouveaux produits chimiques sont introduits chaque année. L’exposition à ces toxiques jouerait un rôle dans l’apparition de différentes maladies. Tous ces polluants et nouveaux produits chimiques son un ajout substantiel à l’élimination des toxines endogènes issues du métabolisme même. Il y a de quoi surcharger nos éboueurs que sont nos émonctoires! Ajoutez à cela les médicaments, l’alcool, les excès de table, la malbouffe et vous comprendrez qu’un petit coup de main serait bien apprécié de notre corps pour procéder à ce nettoyage. Les changements de saison sont la période tout indiquée pour le faire de façon plus soutenue.


Comprendre le rôle du foie


On appelle émonctoires nos organes éboueurs dont la principale fonction est l’élimination des déchets ou toxines. Ce sont les poumons, les intestins, les reins, le foie et la peau. Le foie est l’organe émonctoire le plus important, il s’occupe de plus de 300 fonctions. Son rôle principal est de filtrer le sang et de détoxifier. Il produit aussi la bile, environ 1 litre par jour. La bile sert à transporter les métabolites ou déchets à l’extérieur du corps via les intestins. La bile aide aussi à l’émulsion et absorption des acides gras et vitamine A, D, E, K. Elle transporte le cholestérol, des hormones, débris de globules rouges et des toxines solubles dans le gras.

La détoxification du foie comporte 2 phases. La phase 1 métabolise les toxines à partir du système enzymatique cytochrome p450 qui transforme les toxines et les solubilise. Certaines personnes, selon leur disposition génétique, leurs expositions aux toxiques ou leur statut nutritionnel ont une phase plus ou moins active. Cette phase pour bien fonctionner nécessite certains nutriments : zinc, cuivre, magnésium et vitamine C.

La phase 2 implique un processus de conjugaison des substances toxiques pour les neutraliser et les éliminer par la bile ou par l’urine via les reins. Il existe 6 voies de conjugaison. Pour être activés, les enzymes impliqués dans ces voies ont besoin de co-facteurs et nutriments que l’on obtient par notre alimentation. Par exemple, le sélénium, le soufre, molybdène, vitamine A et des acides aminés. Des acides aminés comme la cystéine sont essentiels à la synthèse du glutathion, un antioxydant au rôle clef.


Avez-vous un foie surchargé?


L’alimentation joue un rôle majeur pour apporter les nutriments essentiels à la détoxification hépatique. Autant pour assurer la qualité biliaire que pour soutenir ses phases. Plus l’environnement est source de toxiques plus la charge de travail est grande pour le foie. Ajoutez à cela une alimentation déficiente et l’expression ¨surcharge hépatique¨ ou ¨foie encrassé ¨ prend tout son sens. Il existe plusieurs maladies reliées à une surcharge du foie et l’accumulation de toxines : stéatose, cirrhose, troubles neurologiques, goutte, etc. Saviez-vous que la médecine conventionnelle utilise certains suppléments naturels dans le cas d’intoxication aigue? Le NAC et le charbon activé, en l’occurrence, sont couramment utilisés.

Le foie détoxifie notre organisme certes, mais il a besoin qu’on lui fournisse ses outils. Voici quelques signes vous indiquant que votre foie est surchargé : migraines, lourdeur digestive, langue chargée, fatigue, sensibilité aux parfums, allergies, langue pâteuse, mauvaise haleine, constipation/diarrhée, teint jaunâtre, réveils nocturnes entre 11h et 3h, spm, eczéma, kystes, asthme, difficulté à digérer les graisses, hémorroïdes, problèmes oculaires, démangeaisons.


Ça commence dans les intestins


Comme nous l’avons vu plus haut, la bile va transporter des toxines et les larguer vers l’intestin qui les éliminera par les selles. La constipation encourage l’accumulation des toxiques et toxines. Pour éviter leur réabsorption, nos intestins ont intérêt à bien fonctionner. On dit, en naturopathie, que le premier émonctoire à ouvrir est donc l’intestin. Avant d’entreprendre quelque cure que ce soit, l’évacuation des selles doit être facile et régulière sinon aucune amélioration ne se fera sentir. Un bon apport en fibre d’au moins 25 g par jour est recommandé. Les fibres que l’on retrouve dans les fruits, légumes, grains entiers et oléagineux vont favoriser l’élimination. Il est aussi essentiel de bien s’hydrater. Pour les naturopathes la fonction intestinale est au cœur du maintien de l’homéostasie. La digestion doit être optimale pour une bonne assimilation des nutriments. Après tout, nous sommes ce que nous mangeons.


Cure détox ou cure vitalité?


L’expression cure de détox est souvent employée auprès de coaches du mieux-être. Les produits offerts en magasin et les cures proposées par des gens non-formés peuvent s’avérer inefficaces ou occasionner certains effets indésirables. Elles sont d’ailleurs proscrites aux femmes enceintes, allaitantes et aux nourrissons. Certaines conditions médicales et la prise de médication peuvent constituer des contre-indications. Ces cures peuvent être composées de plantes laxatives et drainantes qui vont stimuler les émonctoires. Pour entamer ces processus dynamiques, il faut posséder la vitalité et l’énergie nécessaire. De surcroit, elles peuvent être incomplètes pour assurer adéquatement une vraie détox.


Ces cures toute-faite ne tiennent pas compte de l’individualité biochimique. Chaque personne est différente avec ses besoins qui lui sont propres. Un naturopathe compétent vous dira qu’un bilan de vitalité est essentiel avant d’entamer une cure. Les longs jeûnes qui faisaient partie autrefois des cures de détox ne sont plus recommandés de nos jours. Les jeûnes intermittents et les monodiètes sont bénéfiques si votre niveau de vitalité est adéquat et à condition de ne pas souffrir de dénutrition. Ils sont rarement suffisants car tous les nutriments qui assurent la phase 2 ne sont pas présents en quantité optimale.


Les plantes bienfaitrices


Ce qui est embêtant concernant le principe des cures détox, est la méconnaissance qui l’entoure et la confusion qu’il suscite. On laisse sous-entendre qu’elles vont nettoyer le corps. Ce n’est pas tout à fait juste comme vous l’aurez constaté car c’est le foie qui détoxifie. Il est vrai qu’il existe des substances qui vont chélater toxines et métaux lourds, mais ce processus se fait avec supervision d’un naturopathe compétent et jamais en début de démarche.


Certaines plantes ont la capacité de soutenir les émonctoires en facilitant le drainage ce qui aide à éliminer les toxines. Les plantes cholagogues et cholérétiques supportent la vidange de la vésicule biliaire, la production et l’écoulement de la bile. En voici quelques-unes : pissenlit, patience crépue, artichaut, boldo, chardon bénit, curcuma, radis noir, angélique. Elles ont toutes une même particularité, un goût amer qui stimule la digestion. Les plantes hépatoprotectrices comme le chardon marie et le schisandra protègent le foie contre les radicaux libres et freine sa dégénérescence en augmentant le glutathion. Drainer c’est bien mais ce n’est pas tout.


Aliments-clefs


Des détracteurs de la détox vont affirmer qu’il ne suffit que d’adopter une alimentation équilibrée pour maintenir un foie en santé. Ce qui est juste, mais pas suffisant vu la quantité de toxiques présents dans notre environnement et notre mode de vie actuel. De plus, une alimentation optimale peut diverger d’un individu à l’autre. L’individualité biochimique est une notion prévalente en naturopathie. La nutrithéapie, un champs de pratique en naturopathie, s’occupe à reconnaitre les déséquilibres biochimiques et à optimiser la santé par une alimentation personnalisée et l’emploi de vitamines, minéraux, acides gras, acides aminés, antioxydants sous forme de suppléments.


Voici, pour vous, des recommandations générales pour un foie en santé. Comme l’apport en acides aminés ( à chaines ramifiés, glycine, taurine, glutamine, cystéine et méthionine) est déterminant, on doit donc s’assurer de consommer de bonnes sources de protéines en quantité adéquate. Les légumes sont d’excellentes sources de fibres, d’antioxydants, de vitamines et minéraux. Privilégiez les crucifères, carottes, betteraves, endives, chicorées, radicchios, fenouils, ails, oignons. Choisissez les aliments riches en vitamine C comme le poivron rouge, le persil et le brocoli. Les noix du Brésil comportent beaucoup de sélénium, manganèse et de zinc qui facilitent la conjugaison au glutathion. Le carvi et l’aneth aromatisent vos plats tout en soutenant la phase 1 de la détox hépatique. Les bioflavonoides contenus dans les canneberges et petits fruits ont des propriétés antioxydantes et protègent le foie.


En conclusion


Il ne sert à rien de dépenser une fortune en produits naturels une fois par année pour une soi-disant cure détox si l’on continue à fumer, à se nourrir de produits raffinés, de sucre de malbouffe l’année durant. Notre foie et tout notre organisme ont besoin d’attention quotidiennement. La capacité de détox et la charge toxique est différentes pour chaque individu et dépend de plusieurs facteurs. Un plan personnalisé est donc indiqué. Nous pouvons difficilement agir sur la génétique et l’exposition passée aux toxiques, mais nous pouvons adopter de saines habitudes de vie concernant notre alimentation et notre environnement en utilisant les moyens naturels pour supporter notre organisme. Le ou la naturopathe est spécifiquement formée pour vous accompagner dans cette démarche.



Karine Galbrand est naturopathe diplômée de L’IESN. Elle accumule plus de 1900 heures de formation et une quinzaine d’années d’expérience dans le domaine de la santé. Elle est également accompagnante périnatale et consultante en lactation certifiée de l’IBLCE. Elle pratique en bureau à Ahuntsic.


Pour prendre rendez-vous écrivez à karinegalbrand@gmail.com

Des reçus pour assurances sont disponibles.



Veuillez noter qu'en aucun cas les informations contenues dans ce texte ne visent à remplacer un traitement médical ou une consultation avec un-e professionnelle de la santé. Les informations qui s'y trouvent ne sont pas exhaustives et certaines précautions

s'appliquent (allergies, interactions, certaines conditions, bébé, grossesse etc). Le contenu de ce texte est informatif et les renseignements qui s'y trouvent ne doivent pas être utilisés à des fins de traitement. Une consultation avec un-e naturopathe est recommandée.

144 vues
  • Facebook

© 2020 Tous droits réservés Karine Galbrand, Naturopathie familiale et périnatalité.